Les modalités des essais de résistance au feu ainsi que les classements en résultant sont définis dans l’arrêté du 22 mars 2004 (qui remplace l’arrêté du 3 août 1999). Trois critères sont utilisés pour l’évaluation des divers degrés de résistance au feu des ouvrages testés :

Résistance Mécanique

Pour les éléments de structure horizontaux, ce critère est réputé satisfaisant si la flèche atteinte ne dépasse pas le 1/30ème de la portée ou si la vitesse de déformation ne dépasse pas 3 mm/min par mètre de portée.

Pour les éléments de structure verticaux, ce critère est satisfaisant si la vitesse d’effondrement ne dépasse pas 3 mm/min par mètre de hauteur ou si l’affaissement ne dépasse pas le 1/100ème de la hauteur.

Étanchéité aux flammes et aux gaz chauds et inflammables

Ce critère n’est plus satisfaisant lorsqu’on observe :

  • Une inflammation d’une nappe de coton hydrophile placée à proximité de l’échantillon
  • La pénétration d’un calibre d’ouverture définie
  • Un passage ou une production soutenue de flammes en face non exposée

Isolation thermique

Ce critère est satisfaisant lorsque l’élévation de la température de la surface non exposée au feu ne dépasse pas 140°C en moyenne ou 180°C en un point.