L’isolation thermique désigne l’ensemble des matériaux et techniques mis en œuvre pour limiter les transferts de chaleur entre un milieu froid et un milieu chaud. Elle est essentielle pour maintenir une température de confort à l’intérieur des locaux.

La démarche d’isolation d’un bâtiment doit être envisagée de manière globale, en apportant notamment un soin particulier aux ponts thermiques.

Celle-ci a des effets bénéfiques incluant :

  • Une réduction de la consommation d’énergies primaires et des frais d’entretien.
  • Une réduction des gaz à effet de serre émanant de la combustion des carburants fossiles et, en conséquence, moins de contribution au réchauffement de la planète et aux changements climatiques.
  • L’élimination du pont thermique et dès lors moins de risque de condensation.
  • Une réduction des pertes et accroissements de chaleur aléatoires représentant une contribution significative à un environnement interne confortable et stable tout au long de l’année.

Le contrôle de la perte de chaleur ou déperdition thermique :

La chaleur traversant une paroi est mesurée par le coefficient de transmission surfacique U, qui est exprimé en tant que quantité d’énergie en Watt par mètre carré pour chaque degré de différence entre l’intérieur et l’extérieur d’une construction (W/m².K).

Ce coefficient U dépend des résistances thermiques R (en m².K/W) de chaque couche de la paroi, ainsi que de la configuration de l’ensemble, qui peut engendrer des ponts thermiques (poutres ou poteaux avec isolation différente, traversées de la paroi par des tubes, etc.).